La cuisine du quotidien oui, mais la cuisine du quotidien en fête ! Le risotto à la courge, curcuma et noisettes pour un anniversaire et le BAC n°5

23 sept

Lorsque je dis que ma passion est la cuisine et que mes projets professionnels me poussent dans cette voie, bon nombre de personnes me demande quel est mon plat fétiche ou quels types de plats j’aime cuisiner pour mes convives. Et là… c’est le drame !!! Il y a tellement de choses que j’aime cuisiner soit de manière régulière soit dans l’instant. Ce serait tellement réducteur que de ne citer qu’un plat/un dessert.

C’est comme ces actrices/ces acteurs qui à la question « Avec quel(le) réalisateur(trice) souhaiteriez-vous tourner ? » « Oh vous savez, il y a en tellement ! N’en citer que quelques uns serait injuste pour les autres ». Loin de moi l’idée de me prendre pour la Marion Cotillard des fourneaux mais j’ai tant à découvrir encore que je ne peux me cantonner à une seule recette.

Après… je ne dis pas que… à bien y réfléchir… Allez si ! S’il ne devait y en avoir qu’un, une sorte d’Highlander du plat sans le kilt écossais, la recette dont je sais qu’elle fera toujours son effet boeuf tant elle est déclinable à l’infini, ce plat qui pour moi est la quasi quintessence des moments partagés aussi bien à deux qu’à dix, entre amis ou en famille. Ce plat, c’est le risotto !

Le risotto m’est cher car il me rapproche encore plus de mon papa qui est un italien pure souche (à l’entendre parler, nous descendrions de Marco Polo ;) Oui Madame ! Rien que cela !). C’est un plat que j’ai vraiment plaisir à faire pour n’importe quelle occasion. Que ce soit pour séduire celui qui deviendra mon mari (Mr M, mon bel astre), célébrer le baptême de notre fille, réunir tous mes amis autour d’une belle tablée en plein mois de juillet (je déconseille la cuisson du risotto en pleine canicule ;) )…

On a l’impression que la confection du risotto reste une chose insurmontable. Loin de là, à mon avis. Tout va dépendre de la qualité de vos produits et du coup de mains qui consistera à rester, entre autre, à ne pas quitter des yeux votre risotto. Sachant cela, c’est peut-être pour cette raison que je suis très difficile voire limite chiante en ce qui concerne les risottos qui sont servis à l’extérieur de ma cuisine. Là, je vois à votre mine déconfite « V’là qu’elle se la pète la Cook N’tinem »… Je suis très peu sûre de moi en cuisine sauf pour le risotto. Appuyée en cela que mon cher Papa ADORE mon risotto. Alors, comme j’ai sa bénédiction… J’me la pète pour redescendre très vite je vous rassure.

Alors, quand le Chef Bertrand Simon nous a laissé le sujet du BAC number five sur le thème « La cuisine au quotidien et économique », mon choix s’est tout de suite fixé sur le risotto. C’est une recette ne nécessitant pas plus d’1h30 de préparation, c’est économique pour peu qu’on ne choisisse pas du foie gras, du homard ou des noix de saint jacques en accompagnement.

Il s’avère également que ce risotto tombait à point nommé puisque c’était l’anniversaire de mon Papa la semaine dernière ;) Je faisais ainsi d’une pierre deux coups (balaise la fille huhu).

Et pour accueillir la fin de l’été et le début de l’automne quoi de mieux que de cuisiner ce risotto avec une courge butternut et des noisettes ? Cela a l’air pas mal non ?!

Je vous présente donc: Le risotto à la courge butternut, curcuma et noisettes (pour le lien sur le site de Chef Simon c’est par ici et il sera aux champignons

DSC08201

 

Il vous faudra pour 4 personnes

250 grammes de riz rond Arborio ou Carnaroli

200 grammes de courge butternut

1 oignon ciselé

Huile d’olive

15 noisettes

Curcuma

5 cl de vin blanc

1 litre de bouillon de volaille (soit un bouillon de volaille maison soit un cube)

100 grammes de mascarpone

50 grammes de parmesan râpé

DSC08200

 

Et comment qu’on fait ?

Tailler la courge butternut en cubes et la faire cuire à la vapeur. Une fois cuite, réserver.

Ciseler l’oignon finement.

Dans une russe ou une cocotte faire chauffer 2 CS d’huile d’olive. Faire fondre l’oignon finement ciselé dans l’huile d’olive tout doucement (sans coloration).

Ajouter le riz arborio ou carnaroli non lavé en une seule fois. Faire blondir le riz pour le rendre nacré. Verser le vin blanc et remuer le riz jusqu’à complète absorption.

Maintenant, c’est là où vous refusez de répondre au téléphone, de vous occuper des enfants, de regarder un épisode de Homeland. Vous vous concentrez sur le risotto !!

Ajouter une louche de bouillon et remuer sans cesse jusqu’à complète absorption du liquide. Recommencer l’opération jusqu’à obtenir une consistance crémeuse à l’extérieur et un riz al dente à l’intérieur. Cela devrait prendre 20 minutes à peu près en terme de cuisson. 5 minutes avant la fin de la cuisson, ajouter les cubes de courge butternut et 1 CS de poudre de curcuma.

Eteindre le feu et ajouter le mascarpone et le parmesan râpé. Mélanger doucement et couvrir pour que la cuisson se termine doucement.

Concasser les noisettes et les faire torréfier dans une poêle.

Pour le dressage, prendre une assiette creuse. Sur le risotto, ajouter du parmesan râpé, des noisettes concassées et de la ciboulette ciselée.

Servir de suite !

DSC08204

 

Et comment que c’était ?

C’est crémeux, c’est fondant, c’est ferme à la fois. C’est croquant, c’est gourmand ! Un bon anniversaire à mon papa qui s’est régalé et à très vite pour les résultats du BAC (suis à la bourre !)

4 Réponses pour “La cuisine du quotidien oui, mais la cuisine du quotidien en fête ! Le risotto à la courge, curcuma et noisettes pour un anniversaire et le BAC n°5”

  1. kreen 24 septembre 2013 à 18 h 51 min #

    Je confirme…

    J’admets…

    Je suis là pour le prouver et le dire : Cook’n Tinem, elle déchire avec ses risottos…

    J’ai testé, j’ai adoré, j’en redemande !!!

    • Cook N Tinem 26 septembre 2013 à 12 h 10 min #

      Hihi Karine ! Ravie de tes papilles aient été émoustillées à ce point :) Tu sais ce qu’il te reste à faire maintenant !

  2. FéFé 1 octobre 2013 à 15 h 39 min #

    Bonjour et merci pour cette recette bien alléchante !
    Je voudrais juste une petite précision…
    Vous dites : « couvrir pour que la cuisson se termine doucement ». Combien de temps cela représente-t-il ?
    Merci d’avance.

    • Cook N Tinem 2 octobre 2013 à 21 h 03 min #

      Bonjour Féfé,
      Pour terminer la cuisson à couvert, je préconise 10 minutes. Cela vous laisse le temps de terminer de dresser votre table et/ou de boire un verre de vin (avec modération) :o )

Faire un commentaire